Lou-Andréa Lassalle - Caylus Culture Club – Performance 1

Lou-Andréa Lassalle : rites et mythes

Les rites perpétués dans l’Art Contemporain

On connaît  l’omniprésence des rites dans les sociétés humaines depuis leurs origines.

«Transmettant les mythes fondateurs, les vérités sacrées, les rituels traditionnels avaient pour fonction de réactualiser une mémoire collective, d’inscrire chacun dans un récit porteur de sens et de lien social. Les rites de nos sociétés actuelles s’éloignent du sacré et de leur rôle cathartique,   laissant chacun s’approprier certains éléments, les recomposer, les modifier (…) Certains artistes font de leur art un rituel, avec la volonté, au travers de performances, de retrouver des pratiques et reconstruire du lien social.»
— Adapté de Michèle Fellous, CNRS, À la recherche de nouveaux rites

Christian Boltansky : dire l’histoire du village de chacun

«La forme représente une sorte de croyance – par exemple qu’il y a une bonne façon de faire en art – mais à présent ce n’est plus le cas. Ce qui nous travaille maintenant c’est la bonne façon de parler aux gens (…) le grand problème de l’art est d’arriver à dire l’histoire de votre village, tout en faisant en sorte que votre village devienne le village de chacun.»
— Christian Boltanski

Le travail que Lou Andrea  présente à Auzarts est une œuvre initialement conçue pour le village de Caylus, où sa famille réside depuis une quinzaine d’années.

Et Lou-Andréa Lassalle créa le Caylus Culture Club

«J’ai grandi entourée de légendes qui disaient les passages souterrains, les rites qu’on aurait pratiqués dans la Maison des Loups, les bûchers punitifs de l’Inquisition, sous l’ombre d’un morceau de tour en ruine qu’il fallait imaginer comme un immense château.
Les fêtes des châtaignes, les moissons, le carnaval, les défilés aux flambeaux, le solstice d’été, les célébrations païennes ou chrétiennes rassemblaient la communauté rurale. On portait les lampions ou les rameaux avec la même ferveur complice dans les regards.
Mais le village a changé, les traditions sont devenues folklore.
Et une intuition m’a poussée à mêler une étape de mon travail artistique à la vie du village. J’ai voulu réinventer une communauté tribale, semi secrète, défilant dans les rues de Caylus. On y verrait les esprits d’un mysticisme païen mondialisé, dont on ne sait s’il faut le craindre ou le vénérer, portant des masques et les couleurs bleu blanc rouge de la France, puisque le drapeau flotte sur le camp militaire tout proche du village, à l’occasion de cérémonies elles aussi rituelles.
Le premier masque que j’ai construit était inspiré des masques de la cérémonie  Dama dogon. Les symboles ornant l’objet ont été remplacés par le tricolore du drapeau national, l’étoile des conquêtes du drapeau américain, et la typologie des lettres de la marque coca cola pour le mot Caylus.
Par la suite, les formes des masques ont évolué vers d’autres références ethnographiques.
Syncrétismes, assimilations étranges, anachroniques, profanations naïves que chacun pourra interpréter selon son ressenti.
Les masques défilent, pour un moment de communion où se diffuse un sentiment d’appartenance, comme une invitation à recréer une tradition mystérieuse.»
— Lou-Andréa Lassalle

Les masques rituels de Lou-Andréa Lassalle

Lou-Andréa Lassalle expose à Auz’Arts 2015 une série de masques rituels contemporains pour lesquels elle à demandé à l’artiste Simon Rayssac de lui concevoir des supports. Une œuvre originale donc pour ce festival.

La performance de Lou-Andréa Lassalle pour Auz’Arts 2015

Pendant le festival 2015, une performance, à laquelle le public sera invité à participer,  se déroulera sous forme de procession avec les masques.

Informations concernant Lou-Andréa Lassalle

Site web personnel de l’artiste.

Pour en savoir plus sur les rites dans l’Art Contemporain

Lou-Andréa Lassalle - Masque Caylus
Masque « Caylus » avec la typographie Coca Cola.
Lou-Andréa Lassalle - Caylus Culture Club – Performance 2
Lou-Andréa Lassalle – Caylus Culture Club
Performance 2 – Projet collaboratif dans et autour du village de Caylus

2 réflexions au sujet de « Lou-Andréa Lassalle : rites et mythes »

Laisser un commentaire